GUYS AND DOLLS

Ladies and gentlemen, ou plutôt guys and dolls : « Welcome on Broadway ! »

C’est un bonheur de retrouver le magique metteur en scène Stephen Mear. Après les triomphaux « Singin’In The Rain » et « 42nd Street », ces dernières années au Châtelet, il revient avec un autre des joyaux de la couronne de la grande tradition du musical américain : « Guys and Dolls ». Un grand classique jamais montré à Paris qu’il monte au théâtre Marigny. En anglais surtitré en français, comme il se doit !

Jamais monté, mais déjà connu pour avoir été adapté par le grand Joseph L. Mankiewicz  sous le titre : « Blanches colombes et vilains messieurs ». Avec  Frank Sinatra et Marlon Brando, excusez du peu ! Jamais monté mais adoré outre atlantique avec 1200 représentations et cinq Tony Awards.

L’histoire : Elle est construite d’après la nouvelle et les personnages de Damon Runyon dans The Idyll of Miss Sarah Brown. Runyon, figure de la littérature et de la vie New New-yorkaise, ayant fréquenté Broadway et ses bas-fonds.

Sky Masterson, le gambler, et le patron de tripot Nathan Detroit s’affrontent autour d’un pari : le premier n’arrivera pas à ravir la prude Sarah Brown, sœur au sein de la Mission locale de l’Armée du salut, et l’emmener pour une soirée de fête, en enfer. C’est à dire à la Havane de 1930. Une blanche colombe et un vilain monsieur, un couple de comédie romantique parfait donc ! Cette idylle a un écho, celui de Nathan et Miss Adelaide. Nathan veut bien parier sur tout… sauf le mariage. Les éternels fiancés n’auront de cesse de s’entraîner mutuellement dans les situations les plus cocasses à force de quiproquos. Il faudra bien deux heures et demi pour amollir un parieur et un célibataire aussi endurcis !

La trame et les dialogues sont riches, merci Damon Runyon, et l’on suit avec autant d’intérêt les danses et les parties musicales que le récit et les situations. Ce musical est aussi une comédie efficace emmenée par un quatuor de haute qualité !

                                                                                   Clare Halse, Matthew Goodgame, Ria Jones, Christopher Howell

Les interprètes :

C’est plus de vingt artistes britanniques qui portent le spectacle. Tous excellents, ils ont les qualités nécessaires à la dure école de la comédie musicale U.S. : Précision, énergie, vitalité, expressivité, charisme, cohésion. Ils livrent une copie où chant, jeu, et danse s’expriment avec autant de puissance et de finesse ! Dans les quatre rôles phares ont distinguera Ria Jones (Miss Adelaide), avec sa voix si particulière et électrisante. Elle a un sens du comique et une classe ébouriffante et ravi toute l’audience. Clare Halse (Sarah Brown), plus frêle et au rôle moins pimenté, tire aussi son épingle du jeu. Matthew Goodgame (Sky Masterson) a un charisme agaçant parfait pour ce rôle, à la Brando ou Cary Grant . Il enflamme la salle avec le hit « Luck be a Lady ». Christopher Howell (Nathan Detroit), enfin, est parfait dans sa partition d’amoureux menteur pathologique.

The Show :

Peu de décors, Marigny n’est pas le Châtelet concernant les infrastructures. Mais une utilisation créative de la lumière, et des cadres lumineux qui, à géométrie variable, rythment les espaces et atmosphères.

Les multi instrumentistes de l’orchestre font un sans faute. Ils ont cette énergie jazzy, ce rebond, et sonnent à merveille.

Les chorégraphies sont réussies. Tant dans les ensembles que dans les solos. Mention spéciale à la chorégraphie du tripot souterrain qui emporte l’enthousiasme de la salle.

La mise en scène de Stephen Mear est celle d’un orfèvre du genre. Une balance parfaite des éléments du musical. Il fait de chaque tableau une réussite qui s’intègre avec fluidité à l’ensemble. Son Guys and Dolls est une totale réussite et un total ravissement ! Alors laissez vous encanailler au Marigny jusqu’en juillet. Les dès ici ne sont pas pipés, mais toujours gagnants, et… « Just roll the dices ! »

                                                                                            photos droits réservés « production Théâtre Marigny »

Musique et Lyrics Frank Loesser

Livret Jo Swerling et Abe Burrow

Mise en scène et chorégraphie Stephen Mear

Décors et costumes Peter McKintosh

Orchestre et Chœur duThéâtre Marigny

Lumières Tim Mitchell

Direction musicale James McKeon

Avec

Ria Jones, Clare Halse, Matthew Goodgame, Christopher Howell

Et Barry James, Rachel Izen, Joel Montague, Matthew Whennell-Clark, Jack North, Brendan Cull, Ross McLaren, Gavin Wilkinson, Ian Gareth Jones, Thomas-Lee Kidd, Jo Morris, Alexandra Waite-Roberts, Emily Goodenough, Delycia Belgrave, Bobbie Little, Joanna Goodwin, Robbie Mc Millan, Adam Denma, Louis Mackrodt

Du Mercredi 13 mars 2019 au Dimanche 28 juillet 2019

Théâtre Marigny

Carré Marigny, 75008 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *