Le nazi et le barbier

Adapté du roman d’Edgar Hilsenrath
Mis en scène par Tatiana Werner

L’adaptation sur les planches du roman culte d’Edgar Hilsenrath, pour tentante qu’elle puisse paraître, tant la confession polyphonique du nazi Max Schultz semble théâtrale, ne va pourtant pas de soi. Changer de grammaire, passer du récit, fût-il polyphonique, à la scène, constitue toujours une gageure. La réussite de cette transposition tient pour beaucoup à la performance de David Nathanson, qui excelle à incarner successivement Max Schulz, le fils bâtard mais aryen pure souche puis le juif allemand Itzik Finkelstein, sans oublier la voix des disparus, victimes ou persécuteurs. Et tout est là, dans cette polyphonie fascinante où la grande Histoire pénètre la petite histoire, celle des gens ordinaires à qui le crime profite. La chaise de barbier qui encombre le plateau symbolise joliment la vie des gens ordinaires happés par l’Histoire. La confession grandiloquente, grotesque et monstrueuse à la fois du nazi retrace la métamorphose d’un petit garçon en criminel de guerre. Ordinaire, Max Schulz ? Je n’ai fait que suivre le mouvement, clame ce représentant de ce que Hannah Arendt appellerait la banalité du mal. Le silence de Dieu absout-il les hommes comme Max Schultz ?

Naiz02

Interprète(s) : David Nathanson
Metteur en scène : Tatiana Werner
Régisseuse : Leïla Moguez
Créatrice Lumière : Anaïs Souquet

Du 7 au 30 juillet
Espace Roseau, 8 rue Pétramale, 84000 Avignon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *